Appel à communications : L’arbre qui cache la forêt

Journées d’études de l’Association Asie-Sorbonne 

L’association Asie-Sorbonne organise deux journées d’études en vue d’initier une réflexion sur la dynamique de la relation à l’arbre—et, par-delà, à la nature—en Asie, ses déterminants culturels et universels, physiologiques et émotionnels. Nous partons de l’exemple de la pratique japonaise de l’immersion dans une forêt appelée Shinrin-yoku ou « bain de forêt » (ou encore sylvothérapie). Cette pratique est née dans les années 1980, en même temps que l’étude des bienfaits liés à la vision des paysages « verts » se développait aux Etats-Unis (Wilson 1984). Ces études portent sur les mesures physiologiques des effets physiques ou psychologiques et à partir de là induisent des recherches en architecture et urbanisme (Keller 2005). Cependant ces études n’interrogent pas les causes non physiologiques ou psychologiques possibles : causes culturelles (imaginaire de l’arbre), mémorielles et affectives (familiarité) de ces effets, pas plus qu’elles n’ont de perspective comparative. Or au Japon, la pratique pourrait avoir des racines animistes (Knight 2009) voire bouddhistes. On peut également citer le concept chinois et japonais de qi (ki) ou d’énergie vitale partagée entre l’homme et la nature ainsi que la perception spécifique des arbres dans la philosophie chinoise (Bao et al. 2016 ; Escande 2011) et japonaise (Berwick 2004), en soutien de cette dimension culturelle implicite. Won Sop et al. soulignent l’association traditionnelle coréenne de bois, de pierre et d’eau pour expliquer les bienfaits pour la santé des « bains de forêt » en Corée (Won Sop et al. 2010). La représentation des Yaksha et Yakshini témoigne aussi du rôle de l’arbre comme source de vie, parfois ambivalente, dans la tradition indienne, où certaines espèces d’arbres sont encore aujourd’hui considérées comme sacrées. Et la forêt comme lieu de l’illumination est essentielle pour les bouddhistes et les jains. On trouve de telles représentations en Europe avant la révolution de la modernité, et ensuite, en réaction à celle-ci, au 19e siècle dans le romantisme européen (Harrison 1992) ou dans le transcendantalisme américain (Egerton 2011).

Ces journées seront donc l’occasion d’examiner la représentation subjective, « pour soi », de la forêt qui se forme lors de l’expérience. Comment celle-ci interfère-t-elle avec la représentation de la forêt « en soi », comme un objet extérieur et autonome. La question sera abordée dans le contexte de l’Asie en général, ou dans la perspective d’une comparaison  avec l’Occident. On se demandera si la représentation des arbres dans les arts et la culture nous éclaire sur ce qui se produit lors d’une immersion dans la forêt : quel est le rôle des images antérieures, qu’elles soient littéraires ou visuelles, prises dans le monde de l’art ou dans l’univers religieux, qu’il s’agisse de représentations traditionnelles ou contemporaines (jeux vidéo, installations multimédia) ? En effet, la fascination du public pour ces pratiques immersives en forêt s’accompagne de la même soif de pratiques numériques immersives, en témoignent l’installation du collectif japonais Team Lab (Tokyo) dont les installations au musée Mori ou dans des lieux de forêt patrimoniale (A Forest where gods live au Mifuneyama Rakuen Park) seront bientôt exposées à Amsterdam (Huw 2020). Cela laisse penser que ces installations, par certains aspects (interactivité, sens de « flow » ) sont perçues comme “magiques” (Jeon 2019).

Nous postulons en effet que dans une perspective « post-anthropocène », écologique, il est nécessaire de « réenchanter » l’arbre et la forêt (ce que suggère Bruno Latour ; Où suis-je ?, 2021; Face à Gaïa, 2015) ; de nourrir notre relation à la forêt, à l’arbre, au « sol » d’une dimension vivante, poétique qui intègre la dimension pratique, scientifique et mécanique (Descola 2005; Alexander 2004).

Bibliographie

–        Alexander, Christopher (2004), The nature of Order, book 4: The luminous ground, Berkeley (CA), The Center for Environmental structure.

–        Alban N., Berwick C. (2004), Forêt et religion au Japon, Environnement Culture et Société (6). OA.

–        Bao Y., Yang T., Lin X. and al. (2016), Aesthetic Preferences for Eastern and Western Traditional Visual Art: Identity Matters, Frontiers in Psychology, Doi: 10.3389/fpsyg.2016.01596. OA

–        Descola P. (2005) ; Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard.

–        Egerton F. (2011), History of Ecological Sciences, Part 39: Henry David Thoreau, Ecologist, Bulletin of ecological society of America. https://doi.org/10.1890/0012-9623-92.3.251

–        Escande Y. (2011), L’arbre en Chine, in J. Pigeaud, L’arbre ou la raison des arbres, PUR.

–        Harrison R. (1992). Forest: Shadow of civilization, Chicago, The University Of Chicago Press.

–        Filliozat P.-S. et Zink M. éd., L’arbre en Asie, Actes du colloque international organisé par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, la Société asiatique et l’Institut national des Langues et Civilisations orientales (INALCO) à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres et à l’INALCO, les 8 et 9 décembre 2016, Peeters Publishers, Leuven, 2018.

–        Huw O. (2020, sept.), Europe is getting a teamLab art space, and it’s going to be mindblowing, Time Out. Online: https://www.timeout.com/news/europe-is-getting-a-teamlab-art-space-and-its-going-to-be-mindblowing-082620

–        Knight C. (2009, dec.), “Between the profane and the spirit worlds: the conceptualisation of uplands and mountains in Japanese and Maori folklore”. New Zealand Journal of Asian Studies, vol. 11, n°2.

–        Knight C. (2010), The concept of satoyama and its role in the contemporary discourse on nature conservation in Japan, Asian Studies Review, 34(4), 421 (December 2010)

–        Indrawan M., Yabe M., Nomura H., Harrison R. (2014, March). Deconstructing satoyama – The socio-ecological landscape in Japan (science direct) show that satoyama is cultural social construct, Ecological Engineering, vol. 64, pp. 77-84.

–        Jeon M., Fiebrink R., Edmond E., Herath D. (2019, Nov.). From rituals to magic: Interactive art and HCI of the past, present, and future, International Journal of Human-Computer Studies (131):108-119.

–        Kellert S. (2005). Building for Life: Designing and understanding the human-nature connection, Washington (DC), Island Press.

–        Kono T. (2011). Ecological Self: Body and Affordances, Kyoto, Nakanishiya publisher (in Japanese).

–        Rots A. (2014). Does Shinto offer a viable model for environmental sustainability? Excerpts from author’s PhD. Online Academia.

–        Wilson E. (1984). Biophilia. Cambridge, MA, Harvard University Press.

–        Won Sop S., Poung Sik Y., Rhi Wha Y., and Chang Seob S. (2010, Jan.). Forest experience and psychological health benefits: the state of the art and future prospect in Korea, Environ Health Prev Med; 15(1): 38–47. Doi: 10.1007/s12199-009-0114-9

Modalités pratiques

Les journées se dérouleront du 19 au 20 novembre 2021 en présentiel et en visioconférence à l’INHA, sauf si la pandémie interdit encore toute réunion. Les communications de 20 minutes pourront être en français et en anglais.

Les propositions sous forme d’un résumé de 300 à 500 mots doivent parvenir au plus tard le 30 avril à asie-sorbonne@orange.fr Les participants retenus seront avertis le 30 mai.

Une publication d’une sélection des contributions est prévue.

L’association Asie-Sorbonne, qu’est-ce que c’est?

L’association Asie-Sorbonne a pour vocation de favoriser la recherche sur les cultures de l’Asie et sa diffusion, dans le domaine des humanités (art, philosophie, histoire, géographie, anthropologie), par le biais de rencontres, colloques, échanges inter-universitaires, et publications à caractère scientifique. Elle accueille les membres de la communauté scientifique travaillant sur l’Asie – étudiants, chercheurs institutionnels, chercheurs indépendants, conservateurs, critiques, membres de la scène artistique – de toutes origines.

Les activités sont organisées sous les rubriques « Rencontres », « Hors-les-murs », « Conférences ». Les « rencontres » avec des chercheurs ont lieu à l’INHA dans la salle du Creops (Paris-Sorbonne Université) dont l’association est une émanation. Les activités « Hors-les-murs » sont des découvertes d’expositions, d’ateliers, de personnalités et de lieux qui permettent des échanges par petits groupes.

Nhésitez pas à nous communiquer les informations qui vous semblent pertinentes à publier sur ce carnet en nous écrivant à asie-sorbonne@orange.fr

Asie-Sorbonne aims to promote research on Asian cultures and its dissemination, in the field of humanities (art, philosophy, history, geography, anthropology), through meetings, symposia, inter-university exchanges, exploratory trips, and scientific publications. It welcomes members of the scientific community working on Asia – students, institutional researchers, independent researchers, curators, critics, members of the artistic scene – from all backgrounds.

The activities are organized under the headings « Rencontres », « Hors-les-murs », « Conférences ». The « Rencontres » with researchers take place at INHA in the room of Creops (Paris-Sorbonne University) from which the association is an offshoot. The « Hors les murs » activities are discoveries of exhibitions, workshops, personalities and places that allow exchanges in small groups.

Feel free to send us any information you feel would be relevant to publish in this notebook by writing to us at asie-sorbonne@orange.fr.

A vos marques, Fanny Paldacci !

Vendredi 30 avril 17h30-19h

Présentation d’une thèse à l’Académie des Arts de Chine

Sur ZOOM et à l’INHA salle Perrot

Réservation par mail secretariat@asie-sorbonne.fr

Fanny Paldacci a soutenu sa thèse en 2020 à l’Institut de Recherche des Arts Multimédias (SIMA) de l’Académie des Arts de Chine à Hangzhou sous la direction de l’artiste, curateur et théoricien Qiu Zhijie. Pour cette thèse en théorie de l’art, elle a analysé les enjeux de la résidence d’artistes à Pékin, au sein de l’une des filiales et usines chinoises du groupe Bernard Controls. Elle a élaboré une réflexion sur la façon dont les enjeux esthétiques, économiques et sociaux de la création pouvaient s’articuler avec d’autres environnements productifs (l’entreprise industrielle).

rapprochement fécond mais problématique a été soumis avec le titre chinois « 跨国公司主办的艺术驻留项目:想象力侵入工作的“实践剧本”», en français « Programme de résidence artistique en entreprise transnationale : des scénarios pratiques pour une mobilisation de l’imaginaire au travail. », dont le choix des termes est révélateur des singularités de cette approche, et peut lui-même faire l’objet d’une approche critique.

Cet évènement appartient à la série A vos marques ! présentation d’une thèse. Il prendra la forme d’une présentation de 45 minutes, suivie d’un échange.

La rencontre sera suivie d’un verre dans les jardins du palais royal pour les présents… et sans masque !

Rencontre du 30 avril: A la croisée de collections d’art entre Asie et Occident, Du XIXe siècle à nos jours

vendredi 30 avril 2021 (17h30/19h), Marie Laureillard et Cléa Patin présenteront leur livre A la croisée de collections d’art entre Asie et Occident, Du XIXe siècle à nos jours, paru chez Hemipheres, 2019. 

Spécialiste d’histoire culturelle chinoise des 20e et 21e siècles (littérature et arts visuels), enseignante-chercheuse à Lyon 2  et à l’Institut d’Asie orientale (IAO) de Lyon est membre du Conseil d’administration d’Asie-Sorbonne.

Une image contenant personne

Description générée automatiquement

Cléa Patin, maître de conférences en japonais à l’université Lyon 3, membre de l’Institut d’études transtextuelles et transculturelles, et auteur de La Fabrique de l’art au Japon.

L’ouvrage vise à identifier les types de collectionneurs et à cerner lesmécanismes à l’oeuvre dans la constitution des collections, l’achat d’œuvres et les politiques muséales, selon une approche interdisciplinaire mêlant histoire de l’art, esthétique, anthropologie, sociologie, économie ou politique. Comment une société perçoit-elle l’art d’une autre société ? Et aujourd’hui, comment la mondialisation influence-t-elle cette perception : les frontières ne tendent-elles pas à s’estomper, les différences entre les arts à se dissoudre ? Enfin, l’ouvrage révèle comment la collection est liée au marché de l’art et peut inclure certains enjeux identitaires pour lesquels on est souvent prêt à payer le prix fort. Ainsi, la collection nous permet d’entrer dans un imaginaire individuel ou collectif inscrit dans un lieu ou une époque donnés, l’Asie ou l’Occident, hier ou aujourd’hui, révélant la vision que l’on a de soi ou de l’autre.

Cet évènement appartient à la série des Rencontres Asie-Sorbonne. Il prendra la forme d’une présentation de 45 minutes, suivie d’un échange.

In Memoriam-Jacques Giès (1950-2021)

“也许我的前世就是一个中国人”- 悼念吉耶斯(Jacques Giès)先生
 中国人民的好朋友,法国汉学家、艺术界与博物馆界的领军人物之一,雅克·吉耶
斯先生于昨天,4月13日因病不幸离世(1950-2021),享年71岁。
吉耶斯早年先后在 Académie de la Grande Chaumière学院学习绘画。之后,他在孚
日广场的工作室和巴黎美术学院继续学习绘画。 他还对艺术史感兴趣,并在卢浮宫学校
(École du Louvre)学习。
吉耶斯职业生涯中最重要的时光都是在法国著名的亚洲艺术博物馆吉美博物馆度过的
。他在吉美博物馆的职业生涯始于1980年,担任中国和中亚部分的负责人兼策展人。他于
2008年起任吉美博物馆馆长,2011年卸任。1995年,他与莫妮克·科恩(Monique
Cohen)策化推出了以“西域艺术”为主题的大型文物展,汇聚了古丝绸之路上众多国家
的文物,轰动一时。他还策展了吉美博物馆的伯希和收藏展(1996年),台北故宫博物院
来法的展览《帝国的回忆》特展(1998年), 索邦大学考古艺术史系东方艺术专业负责
人白莲花教授(Flora Blanchon 1943-2012)特邀他任教(1974年至1998年)。随后他于
1998年至2008年间在卢浮宫(艺术)学校任教。
吉耶斯撰写出版了多本有关佛教艺术以及中国或中亚艺术的书籍。作为汉学家,佛教
、老庄孔孟思想、中国诗词等都是吉耶斯的研究课题。作为艺术家,吉耶斯谈起苏轼、八
大山人、石涛、范宽等古代文人、画家,言语中都是崇拜和敬佩。“也许我的前世就是一
个中国人,基因里就有对中国文化和艺术的热爱。”
他还说过很多令我们钦佩的话:
“中国文化一切都令我着迷”。“中国文化内涵超出西方人想象”。他说:“传播和
分享中国文化,让西方人理解并爱上中国文化,这是汉学家的职责。”令吉耶斯欣慰的是
,很多法国学艺术史的学生选择了与中国文化相关的行业。对中法文化的差异,对中国文
化的学习与研究,他认为:“就像农民种地,春天生长,夏秋收割,来年又是新一轮的播
种收获。这是一个漫长的探索和成长的过程,随着年龄的增长,也能不断获得新的感知
。”吉耶斯如此比喻他的中国文化研究历程。他坦承,中西文化和思想体系的不同是个不
小的障碍。最初接触中国文化,有过困惑和不解,也走过一些弯路,但他认为正是这个慢
慢适应的过程,才让他真正懂得了中国文化的内涵。吉耶斯介绍,中国文化在法国乃至欧
洲都很受欢迎,每一次中国主题的展览都能吸引很多的参观者。但是,一些西方人参观是
为寻找“神秘感”而来,缺少对中国文化内涵的认知。吉耶斯认为,这一方面缘于西方观
众不了解中国文化,另一方面是因为西方大众媒体介绍中国文化时流于表面。”“这些对
中国文化的误解和成见,我当年也曾有过。作为汉学家、中国文化研究者,有责任消解它
们。”
在吉耶斯的主持和策划下,吉美博物馆设立了日本和中国佛教万神殿、中国画家陈列
馆、中国绘画艺术馆等展馆,在巴黎和世界多地举办了中国文化展览。“有些展览观众多
达50万人次,这个数字在中国不算什么,但是在巴黎却是很大的成功。”- 吉耶斯语。如
果说,中国文物或书画展在吉美博物馆展览,总在巴黎引起轰动,以至有万人空巷,一票
难求的盛况,与吉耶斯先生杰出的组织才能、敏锐的艺术鉴赏力、深厚的中国文化基础、
与他对中国人民与中国文化的热爱之情分不开。
吉美博物馆由里昂工业家爱米尔·吉美(Emile Guimet)于1889年创立,收藏了大量的
外国文物,其中,自18世纪以来的中国艺术品达两万余件。
吉耶斯在任期内取得的成就,他致力于亚洲当代艺术在吉美博物馆的展览规划以及加
强同远东国家的关系所做的努力,值得中国人民永远怀念!
吉耶斯先生与我是朋友、同事,我们一起参加过很多中法文化交流活动,他对我们的
艺术活动也一直给予支持。他的逝世实在让我难以接受,以此短文(根据《艺术知识
》(connaissances de l’art等报道材料编译)缅怀吉耶斯先生,愿他一路好走!

Xiahong Li, Vice-Présidente d’Asie-Sorbonne

In memoriam. Jacques Giès (1950-2021)

C’est avec une profonde tristesse que nous avons appris le décès de Jacques Giès, survenu le 11 avril.

    Chevalier de la Légion d’honneur, chevalier de l’ordre national du Mérite, officier des Arts et Lettres, Jacques Giès fut un éminent sinologue et historien de l’art. Docteur en histoire de l’art de l’Université Paris IV-Sorbonne et diplômé en langue et civilisation chinoises, conservateur général du Patrimoine, spécialisé dans les arts bouddhiques de la Chine et de l’Asie Centrale et dans la peinture chinoise, il enseigna à l’Université Paris IV de 1974 à 1998, puis à l’École du Louvre (1998 -2008). Il entra au musée des arts asiatiques Guimet en 1980 comme conservateur dans les sections Chine et Asie Centrale et s’impliqua dans la rénovation du musée à la fin des années 1990, ainsi que dans la création des galeries du panthéon bouddhique du Japon et de la Chine, des galeries des arts bouddhiques de Chine et d’Asie centrale ainsi que du cabinet et de la galerie des peintures chinoises. Il dirigea le musée de 2008 à 2011. Il a été commissaire de nombreuses expositions, parmi lesquelles trois grandes expositions internationales présentées aux galeries nationales du Grand Palais : Sérinde, Terre de Bouddha (1995-1996), Trésors du Musée du Palais, Taipei : Mémoire d’Empire (1998-1999), Montagnes Célestes. Trésors des musées de Chine (2004).

    Président de notre association de 2015 à 2018, il nous laisse le souvenir d’un homme chaleureux et brillant, dont la remarquable érudition s’accompagnait d’une profonde sensibilité et d’une rare élégance.

     Ceux d’entre vous qui souhaitent lui rendre hommage peuvent le faire sur l’espace inmemori qui lui est dédié, sur lequel vous pouvez partager un témoignage, un souvenir ou une photo : https://link.inmemori.com/GbwXnA?utm_source=webshare

Karine Ladrech, Secrétaire, 

Pour le conseil d’administration de l’Association Asie-Sorbonne

Rencontres Asie-Sorbonne: « Did China have a Renaissance? »

Vendredi 12 mars, de 17h30 à 19h, Thomas Maissen et Barbara Mittler présentent leur ouvrage « Why China did not have a Renaissance – and why that matters » paru en 2018 sous la forme d’un dialogue en anglais qui fait suite à leur discussion littéraire sur la question de savoir si un schéma de périodisation tel que la « Renaissance » peut décrire avec succès des expériences non européennes. Pour y assister merci de demander un lien zoom à asie-sorbonne@orange.fr

On Friday, March 12, from 5:30 to 7:00 p.m., Thomas Maissen and Barbara Mittler present their book « Why China did not have a Renaissance – and why that matters », published in 2018 in the form of a dialogue in English that follows their literary discussion on the question of whether a periodization scheme such as the « Renaissance » can successfully describe non-European experiences. To attend, please request a zoom link at asie-sorbonne@orange.fr

https://www.degruyter.com/document/doi/10.1515/9783110576399/html

Hors-les-Murs

L’association organise des sorties culturelles d’une nature privilégiée (expositions, films, théâtre, débats etc.), à l’initiative de ses membres. Ces sorties sont l’occasion d’échanges et de découvertes partagées.

The association organizes privileged cultural outings (exhibitions, films, theater, debates, etc.), at the initiative of its members. They are an opportunity for exchanges and shared discoveries.

Hors-les-Murs 2019

7 juin 2019, Jane Cobbi a organisé la visite l’exposition Otsu-E à la Maison de la Culture du Japon

14 décembre, Christine Vial Kayser a organisé l’écoute du spectacle Petit Mahabharata par le Théâtre du Soleil https://www.theatre-du-soleil.fr/fr/agenda-2019/notre-petit-mahabharata-2018-2146

Hors-les-Murs 2020

2 février, Chang-Ming Peng a fait découvrir l’exposition consacrée à son père l’artiste Peng Wan Ts au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris http://www.mam.paris.fr/fr/expositions/exposition-peng-wan-ts

Rencontres Asie-Sorbonne

L’association invite des chercheurs de divers horizons à présenter leurs ouvrages récents en rapport avec ses thématiques de recherche. Ces rencontres ont lieu à l’INHA de 18h à 19h. Une présentation par l’auteur est suivie d’un échange convivial, autour d’un verre… En période de pandémie, les échanges ont lieu en visioconférence

The association invites researchers from various backgrounds to present their recent publications related to its research themes. These meetings take place at INHA from 6 p.m. to 7 p.m. A presentation by the author is followed by a friendly exchange, over a drink … Due to the pandemic, the presentations take place on Zoom.

Liste des Rencontres passées

12 juin 2019, Michael Lucken : Le Japon grec, Gallimard, 2019

4 novembre 2019, Iza Kavedzija : Making meaningful livres, tales from an aging Japan, Penn Press, 2019

7 février 2020, Lyce Jankowski, La sociabilité savante des collectionneurs et numismates chinois de la fin des Qing, 2019, Hemispheres

vendredi 5 février 2021 (17h30/19h), Anne Castaing, Raconter la Partition, Peter Lang 2019.

vendredi 12 mars 2021 (17h30/19h), Thomas Maissen, Barbara Mittler, Why China did not have a Renaissance – and why that matters: An interdisciplinary Dialogue, De Gruyter, 2018.

vendredi 30 avril 2021 (17h30/19h), Marie Laureillard, A la croisée de collections d’art entre Asie et Occident, Du XIXe siècle à nos jours, avec Cléa Patin, Hemipheres, 2019. 

A meaningful life, Tales from an aging Japan

Rencontres Asie-Sorbonne (en anglais)

Anthropologue, spécialiste du Japon, Iza Kavedzija, enseignante-chercheuse à l’Université de Exeter (G.-B.), nous fera l’honneur de sa présence le lundi 4 novembre de 18h à 20h à l’INHA (salle du Creops).

Son intervention portera sur son ouvrage Meaningful life (Le sens de la vie)paru aux éditions Penn Press en septembre. Elle aura lieu en anglais.

A partir d’une étude de terrain menée à Osaka, elle propose une lecture intime des préoccupations existentielles de personnes âgées. Elle analyse comment elles conservent leur subjectivité et leur indépendance et confèrent à leur vie un ikagai, un sens renouvelé, par l’humour, les échanges et les récits. Cette étude s’inscrit dans la préoccupation centrale d’Iza sur le sens du bonheur au Japon.

Cette Rencontre Asie-Sorbonne prendra la forme d’une présentation d’une heure, suivie d’un apéritif-discussion. L’auteur dédicacera son ouvrage, vendu au prix de 22 € (prix officiel 44 €). La rencontre est ouverte aux adhérents ainsi qu’aux personnes extérieures, moyennant pour ces dernières une participation aux frais de 5€.

https://www.upenn.edu/pennpress/book/15987.html

A venir : Rencontre Asie-Sorbonne du lundi 16 décembre : Anne Castaing présentera son ouvrage Raconter la Partition de l’Inde paru en octobre 2019 chez Peter Lang.