Journée d’étude : L’arbre qui cache la forêt/ « The tree that hides the forest »

 

Programme détaillé à télécharger en cliquant sur le lien ci-joint / The full programme is here: Programme l’arbre qui cache la forêt : The tree that hides the forest

Wu Guanzhong – Tree roots 树根, 1980s. Ink and colour on paper. Courtesy Hong Kong Museum of Art

Programme en français

Veuillez trouver ici CR de ces journées rédigé par Marie Fernandes : Compte rendu arbre (1)

L'Association Asie-Sorbonne a organisé des journées d'étude de deux jours dans le but de réfléchir à la dynamique du rapport à l'arbre - et au-delà, à la nature - en Asie de l'Est et du Sud par rapport à l'Occident. Nous postulons que cette relation, que ce soit dans l'art, dans les pratiques religieuses ou dans l'agroforesterie ou encore dans les pratiques de loisirs (y compris les "bains de forêt" ou Shinrin-Yoku*), s'inscrit dans un rapport paradigmatique à la nature qui est déterminé par un imaginaire de l'arbre, des souvenirs associés au paysage et des pratiques culturelles. Le concept chinois de qi (au Japon ki), c'est-à-dire l'énergie vitale partagée entre l'homme et la nature, ainsi que la perception spécifique de l'arbre dans la philosophie chinoise et japonaise, peuvent être invoqués pour soutenir cette dimension culturelle implicite. La forêt comme lieu d'éveil est également essentielle pour les bouddhistes et les jaïns, et la représentation de Yaksha et Yakshini témoigne du rôle de l'arbre comme source de vie, parfois ambivalent, dans la tradition indienne, où certaines espèces d'arbres sont encore aujourd'hui considérées comme sacrées. De telles représentations ont existé en Occident avant la révolution industrielle, puis en réaction à celle-ci, par exemple dans le gothique, et dans le romantisme européen ou le transcendantalisme américain.

Les journées ont abordé une double question : comment les pratiques culturelles, artistiques, religieuses, classiques ou populaires, traditionnelles ou contemporaines, ainsi que les théories philosophiques/esthétiques témoignent-elles d'une certaine vision de la forêt ; et comment conditionnent-elles potentiellement l'expérience réelle de l'immersion en forêt ?

Les journées ont été suivies par une expérience immersive en forêt sous la conduite de Marie Larcher. La cérémonie du thé (à base de feuilles de ronce) a frappé les participants qui ont rédigé un haiku collectif.

Mots-clés

art et nature ; anthropocène ; nature et culture ; arbre et forêt; Shinrin-Yoku

Concept in English

A summary of the communications by Marie Fernandes is available here Report on the workshop

The Asie-Sorbonne Association organizes a two-days’ conference with the aim of reflecting on the dynamics of the relationship with trees—and beyond, with nature—in East and South Asia by comparison with the West. We postulate that this relationship, be it in art, in religious pratices or in agroforestry or even in leisure practices (such as "forest baths or shirin-yoku*), is part of a paradigmatic relationship with nature that is determined by an imaginary of the tree, memories associated with the landscape, and cultural practices. The Chinese concept of qi (in Japan ki), i.e. the vital energy shared between man and nature, as well as the specific perception of trees in Chinese and Japanese philosophy, can be called upon to support this implicit cultural dimension.

The forest as a place of enlightenment is also essential for Buddhists and Jains, and the representation of Yaksha and Yakshini testifies to the role of the tree as a source of life, sometimes ambivalent, in the Indian tradition, where certain tree species are still considered sacred today. Such representations existed in the West before the Industrial revolution, and then in reaction to it, e.g., in the Gothic, and in European Romanticism or in American Transcendentalism. The workshop addresses a double question: How do cultural, artistic, religious, classical or popular, traditional or contemporary practices, as well philosophical/aesthetic theories bear witness to a certain view of the forest; and how do they potentially pre-condition the actual experience of forest immersion? The question will be approached in the context of East and South Asia, or, by comparison, in the West.


An immersive experience in a forest was organized on the 21st of November.


Keywords: art and nature ; anthropocene ; nature and culture; shinrin-yoku

 

Retrouvez les vidéos des journées en cliquant sur le nom des intervenants (en cours)

Please find the recorded communications on a link after the name of each contributor (in process).

Introduction Christine Vial Kayser (en français et anglais)

View on https://www.researchgate.net/publication/356682559_Introduction_to_Journee_d’etude_L’arbre_qui_cache_la_foret_workshop_The_tree_that_hides_the_forest_The_detailed_program_is_online_httpsasiesorbonnehypothesesorg

 

Conférence plénière :

Georges Metailié, directeur de recherche honoraire au CNRS et membre honoraire du centre Alexandre Koyré : L’arbre compagnon en Chine et Asie orientale.              (Questions 15 minutes)

 Session I La symbolique de l’arbre au Moyen-âge en Asie

  • Fréderic Girard, directeur d’études émérite de l’EFEO spécialisé en études japonaises classiques : L’arbre dans le Japon bouddhique.
  • Johan Rols, docteur de l’EPHE : L’arbre dans la Chine ancienne : culte, ressource et « décroissance ».

Session II Comment le passé informe le présent

  • Benoit Jacquet, historien, MCF EFEO, enseignant ENSA Paris La Villette. (Via Zoom) : La colonne qui soutient la forêt : comment revitaliser un paysage culturel ? Exemple de la région de Kitayama au Japon.
  • Geetha Ganapathy-Doré, MCF HDR en anglais, spécialisée en études postcoloniales, Université Sorbonne Paris Nord. (En anglais) : The Tree and the Forest in Indian Culture: Making Meaning of the Multiple Narratives.
  • Mary Picone, anthropologue, UMR CNRS-Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Chine, Corée, Japon. S’immerger dans les forêts du Tôhoku (nord-est du Japon). Réflexions sur le passé et pratiques artistiques contemporaines. 

Session III L’arbre comme Alter ego dans la peinture et la littérature chinoise

  • Yingzhi Zhao, docteur en littérature et culture chinoise, Harvard Univ. Chercheur indépendant basée en Chine. (Via Zoom, en anglais) : Social Engagement and Spiritual Transcendence: Forests in the Seventeenth Century Chinese Chinese imagination
  • Yizhou Wang, doctorante, Institut d’histoire de l’art de l’Asie de l’Est, Université de Heidelberg (All.). (En anglais) : Voices of Willows in Crisis: (Wo)men-Tree Interface in Artists’ World of Ming-Qing China (17th c).                                                                        
  • Li Xiaohong, MCF Université d’Artois: Une branche d’arbre suffit à révéler la forêt ou la technique de la « branche sectionnée » (zhezhi 折枝) dans la peinture chinoise.
  • Marie Laureillard, MCF HDR en études chinoises, Université de Lyon 2: L’imaginaire de l’arbre et de la forêt dans l’art chinois d’aujourd’hui.
  • Isabelle Davy, docteur en théorie de l’art, chercheur associé à AIAC-Paris 8 : Zao Wou-Ki : fadeur de l’arbre et forêts d’encre.                                                                        

20 novembre

Session IV L’arbre dans l’architecture et les jardins

  •  Giada Ricci, architecte et scénographe, docteur de l’EPHE, professeur SUAD : Exposer la nature : l’arbre au musée au Japon
  •  Hongyue Liu-Deguillaume, architecte et sinologue, doctorant PSL-EPHE-CRCAO : L’arbre et le paysage urbain dans la Chine pré-moderne

Session V L’espace narratif comme forêt virtuelle

KE Chin-yuan, documentariste, spécialisé dans les relations de l’homme à la nature, présentera son film Sacred forest (2019) et ce qu’il a révélé sur le rapport pratique/sacré à la forêt. (Via zoom). Intervention de 15 minutes en Chinois et anglais. (Questions 15 minutes, en chinois, traduit en français par Beixian Zhou). (Sacred forest: https://www.youtube.com/watch?v=uXWEj5KJuJ4)

Nicolas Metro entrepreneur social conclut par une présentation des actions de Kinomé

  Immersion en forêt de Meudon

Le 21 novembre nous avons pratiqué un “bain de forêt” sous la conduite inspirée de Marie Larcher dans la jolie forêt de Meudon, à Chaville. Une marche de trois heures ponctuée d’exercices de découverte des sensations olfactives, auditives, tactiles de la forêt, de l’humus, des écorces, mais aussi du partage en groupe qui s’est achevée par une “cérémonie du thé” pendant  laquelle nous avons dégusté une tisane de feuilles de ronces, ramassées sur place la veille. Le groupe était invité à rédiger un Haiku (court poème de trois vers alternant 5, 7 et 5 syllables -ou 7, 5, 7). Découvrez-le mis bout à bout dans l’ordre de la lecture Haiku, Forêt de Meudon

On November 21 we practiced a “forest bath” under the inspired guidance of Marie Larcher in the beautiful forest of Meudon, in Chaville. A three-hour walk punctuated by exercises to discover the olfactory, auditory and tactile sensations of the forest, the humus and the bark, but also by sharing as a group, which ended with a “tea ceremony” during which we tasted an herbal tea made from bramble leaves, collected on the spot the day before. The group was invited to write a Haiku (short poem of three lines alternating 5, 7 and 5 syllables – or 7, 5, 7). Discover it end to end in the order of reading Haiku, Forêt de Meudon